Paris: Manif pour le droit au logement pour tou-te-s le 3 septembre 2005


Manifestation pour le droit au logement pour tous !

Après les évacuations des squats PARIS XIV et XIXèmes Pas d'expulsions sans relogement durable !

Guerre du logement à Paris : combien de morts faudra t'il encore ?

Les Alternatifs rendent hommage aux victimes, des incendies -17 et 7 morts- survenus dans les XIIIème et IIIème arrondissements.

Ces drames ont frappé de nouveau durement des ménages immigrés modestes. L'immeuble de la rue du Roi Doré était un taudis sur le point d'être réhabilité par la ville dans un quartier embourgeoisé. Celui du Bd Vincent Auriol avait été attribué comme "logement passerelle" à des familles mal logées après une longue lutte en 1991, notamment l'occupation du chantier de la BNF dans le XIIIème. Parmi les habitants de cet immeuble, certains étaient d'ailleurs, depuis cette date, toujours en attente d'un relogement définitif... Cet immeuble a été un des rares à avoir échappé au réaménagement du quartier Paris Rive Gauche, qui avait fait la part belle aux bureaux et au logement de standing, ne laissant que la portion congrue au véritable logement social accessible aux couches populaires.

Pour Les Alternatifs, il s'agit là avant tout d'un drame issu du manque criant de logements accessibles à ceux qui travaillent à Paris, ce qui est le cas des habitants de ces immeubles. Comment s'étonner du surpeuplement dans les trop rares immeubles accessibles aux plus modestes quand 100 000 demandes de logement social sont actuellement en souffrance à Paris, quand les attributions des quelques logements disponibles s'effectuent souvent de façon très discutable, quand le parc privé est de plus en plus soumis à la spéculation sauvage (vente à la découpe, congés pour vente...), grossissant ainsi la liste des demandeurs de logement social ?

Dans ce contexte, les déclarations de Nicolas Sarkozy ce mardi s'apparentent une nouvelle fois à une déclaration de guerre aux plus pauvres : tout ce qu'il demande, c'est le "nettoyage" de ses habitants des immeubles recensés. On gère les conséquences, on ne s'attaque nullement aux causes !

C'est pourquoi il est plus que temps de s'attaquer enfin à une véritable politique du logement, et en priorité :

> Pas d'expulsions sans relogement durable
> La réquisition immédiate de logements vacants
> L'accélération de la résorption de l'habitat insalubre.
> La construction de logements sociaux
> Une loi-cadre contre la spéculation immobilière et pour le conventionnement des loyers.
> Les terrains réservés pour les JO doivent servir à construire du logement de qualité ET accessible.

Les Alternatifs appellent toutes et tous à s'associer aux actions de soutien aux sans, et d'abord aux sans logis et mal logés, au delà des victimes d'aujourd'hui.

Et à participer à la manifestation pour le droit au logement pour tous, le Samedi 3 Septembre à 15h30, départ M quai de la Gare.

www.alternatifs.org

Les Alternatifs


retour