Marseille: tensions entre flics et squatteureuses pendant un concert au CAT.


Samedi 29 mars le CAT, lieu autogéré situé au 26 bd Maillane (8), accueillait plusieurs groupes pour un concert qui clôturait une semaine d'activités festives.

Vers 21 heures, avant le début des concerts dans la salle insonorisée, une batucada (fanfare brésilienne) a fait le tour de la maison et a joué pendant 20 minutes seulement. C'est alors qu'une voiture de la BAC est arrivée. Les flics, très agressifs, ont déclaré avoir été appelés par des voisins se plaignant du bruit. Ils ont tenté de s'introduire de force dans l'enceinte du squat. Devant le refus des habitants de les laisser entrer, plusieurs autres véhicules de la bac et de bleus ont été appelés en renfort. Une quinzaine de policiers armés de flash balls ont tenté pendant 20 minutes environ d'enfoncer le portail métallique à l'aide de béliers à mains, en tirant des grenades lacrymogènes par dessus le portail, des insultes et des menaces. Après ce coup de pression gratuit, les forces de l'ordre se sont progressivement dispersées en promettant de revenir et le concert s'est déroulé dans le calme. Nous estimons avoir pris les dispositions nécessaires au respect de la tranquillité du voisinage (insonorisation...), ce qui a rendu possible la tenue d'une quinzaine de concerts dans l'année.

Nous dénonçons la violence de cette attaque et son caractère illégal, à quelques jours d'une procédure en référé qui doit statuer le 4 avril sur la prolongation du délai d'occupation accordé en septembre dernier aux habitants du cat. Nous appelons tous les participants réguliers ou occasionnels du lieu à venir exprimer leur attachement à son existence et à manifester leur solidarité avec ses habitants le 11 avril au TGI. Toutes les initiatives de soutien et de résistance seront les bienvenues.

--

Lettre de soutien au CAT

Marseille, le

Madame, Monsieur,

Depuis plus d'un an, le 26 boulevard de Maillane (8ème) est investi par un collectif d'individus et d'associations qui redonnent vie à cette maison inoccupée. De nombreuses manifestations, musicales, culturelles ou politiques y sont organisées régulièrement, une bibliothèque associative et un restaurant hebdomadaire populaire y trouve place également. Tout cela sans qu'aucun trouble grave ou discorde avec les voisins n'ait été constaté.

Je tiens par la présente à vous faire part de ma vigilance quant aux pressions judiciaires et policières auxquelles cette maison semble de plus en plus confrontée.

En tant qu'usager permanent, régulier ou occasionnel du lieu autogéré le CAT, je me sens impliqué dans l'aventure collective qui fait vivre ce lieu.

Je suis attaché à cette maison et aux principes qui s'y développent - gratuité, échanges, rencontres, ouverture à tous, et refuse qu'elle soit sacrifiée aux intérêts financiers d'une société immobilière qui n'a par ailleurs toujours aucun projet sur ce lieu.

Je suis donc et resterai solidaire avec les démarches visant à prolonger cette expérience et je souhaite que tout soit mis en oeuvre pour que le collectif CAT puisse avoir la jouissance de cette place aussi longtemps que possible.

En espérant que cette lettre trouve écho favorable auprès de vous, veuillez agréer madame, monsieur l'expression de mes meilleurs sentiments.

NOM :

Prénom :

Profession :

Signature :

l'attention de :

La Mairie du 8ème arrondissement de Marseille, 125 rue Commandant Roland, 13008 Marseille

La Préfecture de Police des Bdr, Place Félix Baret, 13006 Marseille

La Société immobilière de la Rue Impériale de Lyon, 12 rue de République, 13002 Marseille

cat


retour