Lausanne : Appel à soutenir le squat de la Riposte


Le squat de la riposte à Lausanne (Suisse) est menacé d'évacuation. Une dizaine de personnes y vivent depuis bientôt 4 mois. Afin de "préparer au mieux" le G8, les autorités ont évacué la plupart des squats, et aujourd'hui, la répression sur ceux-ci n'a pas stoppé. En moins d'une année, 6 maisons ont été fermées. Nous avons besoin de solidarité et nous vous demandons d'envoyer la lettre qui suit au propriétaire (la Poste, une ancienne entreprise publique) et à la municipalité de Lausanne. Vous pouvez bien sr la modifier à votre got.

Vous pouvez également envoyer ce mail-ci à votre réseau, à vos amiEs afin qu'un maximum de personnes puissent réagir en soutien à cette maison. Les dernières infos, en cas d'évacuation ou autre, se trouveront sous ch.indymedia.org et sous squat.net/fr pour des nouvelles plus conséquentes. Merci de votre soutien.

-Adresses mail-

Responsables de la poste: pittetr@post.ch, jakobm@post.ch, immobilien@post.ch

Conseillers/ères municipaux (syndic/maire et police): municipalite@lausanne.ch, daniel.brelaz@lausanne.ch, doris.cohen-dumani@lausanne.ch

Les 5 autres conseillers/ères municipaux, si envie: jean-jacques.schilt@lausanne.ch, silvia.zamora@lausanne.ch, eliane.rey@lausanne.ch, olivier.francais@lausanne.ch, oscar.tosato@lausanne.ch

Vous pouvez également mettre un mot de soutien ou d'indignation dans le livre d'or de la municipalité de Lausanne (www.lausanne.ch, lien tout en haut à droite).

-Numéros de téléphone-

La poste : 021 213 03 70

La municipalité: 021 315 22 15

-Fax-

La poste: 021 213 03 77

La municipalité: 021 315 20 03

-Adresses réelles- Propriétaire:

La Poste suisse, Immobilier Région ouest, Av. De la Gare 44, cp 100, 1001 Lausanne, suisse

Municipalité:

Municipalité de Lausanne, Hôtel de ville, case postale 3280, 1002 Lausanne, Suisse

Envoyez une copie à: lespestes@no-log.org

Lettre:

Madame, Monsieur, J'ai appris que le squat de l'Av. du Chablais 3 / Grand-Pré 2, dans le quartier de Malley à Lausanne, allait être évacué tout prochainement.

Je vous adresse cette lettre pour vous demander, propriétaire et conseilliers/ères municipaux, de renoncer à cette évacuation de force. Je suis en profond désaccord avec cette démarche et souhaite, par cette lettre, exprimer mon soutien au collectif qui habite les lieux.

Cette maison a été vide trop longtemps alors même que de plus en plus de personnes ont des difficultés à trouver un toit. Les occupant-e-s actuel-le-s s'y hébergent, y développent des activités collectives, et entretiennent la maison. Déjà, des habitant-e-s du quartier sont venu-e-s exprimer leur soutien, ainsi que des enfants qui l'ont redécorée avec des dessins. Le mode de vie communautaire et écologique qui y est pratiqué mérite d'être soutenu, vu les perspectives peu réjouissantes de la société industrielle. Les projets de vente et de construction sur cette parcelle n'ont pas encore abouti à un calendrier des travaux. Il serait donc scandaleux d'évacuer cette maison, alors que les habitant-e-s ont proposé de s'engager par écrit à quitter les lieux au moment du début réel des travaux.

Nous vous demandons donc de cesser toute action, judiciaire ou répressive à l'encontre des habitant-e-s de cette maison, et d'accéder à la demande des occupant-e-s, jusqu'alors refusée, de pouvoir rester jusqu'au début des travaux. L'occupation de maisons est un problème politique et non pas judiciaire, la répression ne résoudra donc rien.

En espérant que cette lettre trouve un écho favorable auprès de vous et que vous renonciez au plus vite à mettre en oeuvre cette expulsion, nous vous transmettons nos cordiales salutations.

Riposte


retour