Bruxelles: Coupure d'eau à la Teintuerie


Mardi 8 avril, nous avons reçu la visite de la compagnie des eaux qui venait couper l'alimentation d'eau de la maison. La coupure à été annulée grâce aux avocats qui ont pu reporter cela au jeudi suivant (10 avril). Un appel à soutien à été lancé et un déjeuner prévu devant la maison à partir de 8h du matin ce même jeudi. A 8h15, les premiers ouvriers sont arrivés, ils avaient reçu l'ordre de couper les tuyaux de raccordement du 5, 9 & 11 de la rue de Mérode (nous occupons le 9 et le 11); ils nous ont dit vouloir couper le 5 et le 9 et nous ont conseillé de protéger plutôt le 11. Dans la nuit on a coulé du bêton sur les vannes d'arrivée, on a ensuite planté un arbre dedans, les ouvriers nous ont aidé à y mettre de la terre. Ensuite leur supérieur arrive, contacte la compagnie + nos expulseurs et se voit obligé d'appeler les autorités incompétentes. Arrive donc le flic de quartier qui nous agresse tout de suite verbalement. Anecdote : phrase du flic de quartier : "Si un marocain vole ta veste, t'es bien content que j'aie un flingue". Il est parti parler aux voisins et revenu accompagné de trois de ses camarades, encore plus hostiles. Ils nous ont encore parlé et pendant ce temps la flicaille arrive au compte-gouttes, à la fin ils sont une trentaine. Pendant ce temps, deux habitants effectuent une visite infructueuse à la compagnie des eaux. Vers midi les ouvriers reçoivent l'ordre de couper le n11, on ne se laisse pas faire, on reste autour de l'arbre planté au dessus de l'arrivée d'eau. Les flics chargent immédiatement, quelques coups de matraque qui volent, ils arrachent l'arbre, menacent de nous envoyer du spray au poivre à la gueule, nous insultent, etc. Le site étant dégagé, les ouvriers creusent, percent la plaque de bêton (il n'était pas assez sec) et commencent à découper les tuyaux. L'atmosphère se détend un petit peu jusqu'au moment où un habitant pisse dans le tuyau d'alimentation d'eau de tout le quartier; la police charge à nouveau et menace de tous nous embarquer, un flic court chercher les menottes et nous, on se réfugie à l'intérieur de la maison (20-25 personnes). La compagnie des eaux décide de nettoyer les tuyaux et ouvre l'alimentation d'eau, ce qui provoque un geyser d'une dizaine de mètres en face de la maison et l'inondation de la rue. Les ouvriers terminent leur travail protégés par la police de Saint-gilles qui continue à nous insulter. Voila, on commence sérieusement à en avoir marre de ces visites intempestives de la police, ça fait maintenant six fois en deux semaines.

Le 15 avril à 9h00 on passe en justice chez le juge de paix du canton de Saint-gilles (sur le parvis).

Envoyez-nous votre numéro de portable pour être mis au courant des urgences via sms, on a besoin de votre soutien pour que des lieux comme cela ne meurent jamais... (la-teintuerie@linuxmail.org)

La Teintuerie, 9/11 rue de merode, 1060 Bruxelles, Belgique

Les squateureux & squateureuses de la Teintuerie occupée Goddevrind


retour